Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:34

coeur-jalousie

Pour la plupart d’entre nous, la jalousie est la conséquence naturelle de nos sentiments pour l’être aimé. La jalousie serait donc une preuve d’amour. A l’inverse, ne pas éprouver de jalousie serait le signe d’un désintérêt, d’un manque d’amour pour son compagnon ou sa compagne.

 

Pourtant, quelque chose reste à élucider à ce sujet… Devant l’ambivalence de nos pensées, nous sommes troublés, et parfois sérieusement perturbés. Nos sentiments amoureux sincères sont aux antipodes de nos pensées de jalousie, et sa charge de négativité : méfiance, inquiétude, hostilité, agressivité… Nous sentons bien qu’il y a quelque chose « qui ne va pas », sans pour autant oser en percer le mystère.

 

Car la jalousie est un sentiment inavouable, que nous préférons dissimuler, quitte à mentir aux autres et surtout à soi-même. Et les mensonges à ce sujet sont nombreux… J’ai rencontré des femmes qui m’ont déclaré ne pas être jalouses alors que leur relation n’avait jamais été en danger ou bien qui n’étaient pas amoureuses de leur compagnon. Du côté des hommes, j’ai observé parmi ceux qui trompent leur femme que souvent, derrière un apparent détachement, se cache une grande fragilité. Ils ne supporteraient pas eux-mêmes d’être trompés.

 

La jalousie touche ce qu’il y a de plus intime en nous. Elle plonge ses racines dans notre inconscient, et a souvent fait son apparition dans notre vie dès la petite enfance. En réalité, la plupart d’entre nous sommes terrorisés à l’idée d’être trahis ou abandonnés. L’idée de ne pas, de ne plus être aimé nous effraye au-delà de l’imagination. Nous vivons avec cette peur chevillée au corps – dans ce que Eckart Tolle appelle notre « corps de souffrance ». Nous sommes conditionnés par l’idée de la séparation et de l’individualité.

 

Notre ego réclame un amour exclusif et une attention quasi permanente. Il en a besoin pour exister. C’est ce besoin compulsif d’être aimé qui nous fait éprouver de la jalousie quand nous sentons que notre partenaire pourrait manifester de l’intérêt pour un autre, une autre que nous. De la même façon que quand nous étions enfants, nous étions inquiets quand nos parents se détournaient de nous pour s’intéresser à d’autres.

 

La souffrance causée par la jalousie est à la hauteur de la peur que nous éprouvons. D’un simple pincement au cœur, elle peut se transformer en une douleur lancinante, et provoquer jusqu’à l’envie de mourir. On parle à juste titre de jalousie « maladive », tant ses symptômes peuvent être dévastateurs pour notre corps et notre psyché. Comme toute maladie, elle est le signe d’un déséquilibre que nous pouvons guérir, dans notre corps et notre esprit. En prendre conscience est le premier pas vers la guérison.

 

Si la jalousie est le sentiment qu’on dissimule le plus, c’est aussi celui qui peut être la source de la plus grande souffrance. Et derrière la souffrance, se cache la peur de ne pas être aimé, la peur d’être trahi ou abandonné. En un mot, la jalousie n’est pas une preuve d’amour, mais la preuve d’un besoin d’amour. Elle trahit notre manque de confiance, et révèle notre incomplétude. On guérit de la jalousie quand on s’affranchit du besoin compulsif de l’ego de prendre et de posséder, et que l’on fait l’expérience de l’amour véritable, dont la nature est de donner et partager. La jalousie est signe d’insécurité, la confiance est une preuve d’amour.

 

Tout comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, ce cheminement intérieur passe la plupart du temps par des épreuves et des souffrances, qui nous font grandir en maturité. Peu à peu nous prenons conscience de l’importance du retour à soi, afin de se libérer de la dépendance à l’autre. Nous réalisons que nous ne pouvons véritablement aimer que lorsque nous ne cherchons plus à posséder, et ne vivons plus dans la crainte de ne pas être aimé(e). Se libérer du besoin compulsif de l’ego d’être aimé, prendre conscience de la nature de l’amour, représente en soi un éveil spirituel. Ce parcours ne signifie pas pour autant faire l’expérience de l’infidélité, mais il nous rend libre. Enfin libre d’aimer, sans crainte ni reproches, sans peur et sans regrets.

 

Brenda

Partager cet article

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article

commentaires

cacao 26/05/2012 14:50

Bonjour Brenda. Article très intéressant. Il faut en effet trouver le juste milieu pour ne pas étouffer l'autre, et en même temps préserver un peu de la magie de la fidélité.Bon W.E. Amitiés.