Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 13:01

amour-dependance-2012-copie.jpg

 

Quand je cherche à être aimée, je rencontre l’amour.
Et quand j’aspire à aimer, l’Amour vient à ma rencontre.
 

Quand je cours après l’amour, l’Amour m’échappe.
Mais quand je renonce à cette course effrénée, l’Amour me trouve.


L’amour m’attire, me séduit, m’ensorcelle et m’attache.
L’Amour m’appelle, m’inspire, m’éveille et me libère.


L’amour est un feu que le désir consume jusqu’à le réduire en cendres et le rendre à la Terre.
L’Amour est une lumière qui brille dans le cœur et la conscience, et se reflète dans l’Univers.


Les plaisirs de l’amour sont éphémères, la plénitude de l’Amour est éternelle.


Notre quête de l’amour repose avant tout sur le besoin d’être aimé et rassuré. Cette recherche éperdue nous fait vivre dans un doute permanent, alimenté par la peur de la perte, la trahison ou l’abandon. Notre amour a besoin de preuves, d’attention, et d’exclusivité. Cet amour-besoin cherche à retenir, à posséder. Il essaye de graver dans sa mémoire les moments fugitifs de bonheur dans l’idée illusoire de les immortaliser. Comme il vit dans un sentiment permanent d’insécurité, il doute et au fond, il est toujours inquiet. Il considère donc toute forme de partage comme une menace, un danger. La peur de l’inconnu l’effraye plus que tout.


L’Amour se suffit à lui-même, il ne recherche pas de preuves d’affection ni d’attentions. Il est lui-même la preuve. Une preuve irréfutable que nous sommes inconditionnellement aimés, au-delà de toutes les marques d’amour et d’affection que les autres pourraient nous donner. Quand on a fait l’expérience de l’Amour, notre vision de l’amour est changée à tout jamais. Il n’est plus possible d’en douter. La foi a remplacé le doute, et la confiance a chassé la peur. Il n’y a plus rien à immortaliser, puisque l’Amour a dans l’instant présent le parfum de l’éternité. La solitude n’est plus une souffrance, elle se transforme en moments de plénitude. Sans jalousie ni attentes à combler, l’Amour n’exige ni ne demande une quelconque exclusivité. Il conçoit le partage comme une évidence, puisqu’il est l’expérience de l’unité.


L’amour m’a fait chercher toute ma vie l’unité à travers l’autre,
L’Amour m’a fait découvrir en moi l’unité qui me lie aux autres.


Tout comme la chrysalide se transforme un jour en papillon pour s’envoler,
nous quittons un jour notre dépendance à l’amour pour voler vers l’Amour et la liberté.


Brenda

 

Articles liés :

Amour et dépendance (1ère partie) 

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:34

coeur-jalousie

Pour la plupart d’entre nous, la jalousie est la conséquence naturelle de nos sentiments pour l’être aimé. La jalousie serait donc une preuve d’amour. A l’inverse, ne pas éprouver de jalousie serait le signe d’un désintérêt, d’un manque d’amour pour son compagnon ou sa compagne.

 

Pourtant, quelque chose reste à élucider à ce sujet… Devant l’ambivalence de nos pensées, nous sommes troublés, et parfois sérieusement perturbés. Nos sentiments amoureux sincères sont aux antipodes de nos pensées de jalousie, et sa charge de négativité : méfiance, inquiétude, hostilité, agressivité… Nous sentons bien qu’il y a quelque chose « qui ne va pas », sans pour autant oser en percer le mystère.

 

Car la jalousie est un sentiment inavouable, que nous préférons dissimuler, quitte à mentir aux autres et surtout à soi-même. Et les mensonges à ce sujet sont nombreux… J’ai rencontré des femmes qui m’ont déclaré ne pas être jalouses alors que leur relation n’avait jamais été en danger ou bien qui n’étaient pas amoureuses de leur compagnon. Du côté des hommes, j’ai observé parmi ceux qui trompent leur femme que souvent, derrière un apparent détachement, se cache une grande fragilité. Ils ne supporteraient pas eux-mêmes d’être trompés.

 

La jalousie touche ce qu’il y a de plus intime en nous. Elle plonge ses racines dans notre inconscient, et a souvent fait son apparition dans notre vie dès la petite enfance. En réalité, la plupart d’entre nous sommes terrorisés à l’idée d’être trahis ou abandonnés. L’idée de ne pas, de ne plus être aimé nous effraye au-delà de l’imagination. Nous vivons avec cette peur chevillée au corps – dans ce que Eckart Tolle appelle notre « corps de souffrance ». Nous sommes conditionnés par l’idée de la séparation et de l’individualité.

 

Notre ego réclame un amour exclusif et une attention quasi permanente. Il en a besoin pour exister. C’est ce besoin compulsif d’être aimé qui nous fait éprouver de la jalousie quand nous sentons que notre partenaire pourrait manifester de l’intérêt pour un autre, une autre que nous. De la même façon que quand nous étions enfants, nous étions inquiets quand nos parents se détournaient de nous pour s’intéresser à d’autres.

 

La souffrance causée par la jalousie est à la hauteur de la peur que nous éprouvons. D’un simple pincement au cœur, elle peut se transformer en une douleur lancinante, et provoquer jusqu’à l’envie de mourir. On parle à juste titre de jalousie « maladive », tant ses symptômes peuvent être dévastateurs pour notre corps et notre psyché. Comme toute maladie, elle est le signe d’un déséquilibre que nous pouvons guérir, dans notre corps et notre esprit. En prendre conscience est le premier pas vers la guérison.

 

Si la jalousie est le sentiment qu’on dissimule le plus, c’est aussi celui qui peut être la source de la plus grande souffrance. Et derrière la souffrance, se cache la peur de ne pas être aimé, la peur d’être trahi ou abandonné. En un mot, la jalousie n’est pas une preuve d’amour, mais la preuve d’un besoin d’amour. Elle trahit notre manque de confiance, et révèle notre incomplétude. On guérit de la jalousie quand on s’affranchit du besoin compulsif de l’ego de prendre et de posséder, et que l’on fait l’expérience de l’amour véritable, dont la nature est de donner et partager. La jalousie est signe d’insécurité, la confiance est une preuve d’amour.

 

Tout comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, ce cheminement intérieur passe la plupart du temps par des épreuves et des souffrances, qui nous font grandir en maturité. Peu à peu nous prenons conscience de l’importance du retour à soi, afin de se libérer de la dépendance à l’autre. Nous réalisons que nous ne pouvons véritablement aimer que lorsque nous ne cherchons plus à posséder, et ne vivons plus dans la crainte de ne pas être aimé(e). Se libérer du besoin compulsif de l’ego d’être aimé, prendre conscience de la nature de l’amour, représente en soi un éveil spirituel. Ce parcours ne signifie pas pour autant faire l’expérience de l’infidélité, mais il nous rend libre. Enfin libre d’aimer, sans crainte ni reproches, sans peur et sans regrets.

 

Brenda

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 16:40

 

 

vigilance-header.jpg

 

Cela faisait plusieurs mois que je le préparais, il est maintenant en ligne...
 

J'ai appelé mon nouveau blog Voix intérieure.


L'intuition, cette "voix intérieure", en est le fil conducteur et l'inspiration.


Elle est aussi la quête de nombreux lecteurs. Les articles les plus lus du blog sont ceux qui parlent de l'intuition, de la façon de l'éveiller et la développer. J'ai donc décidé de lui dédier ce blog.

 

Sixième sens, voix intérieure, petite voix, nous sommes tous nés avec une faculté de perception au-delà de nos émotions et nos pensées, en-dehors de nos sens.

 

Faculté inné mais souvent oubliée, l’intuition est un don personnel et universel. Pourtant, nous devons pour la plupart retrouver, éveiller notre intuition.

 

Développer son intuition passe par la connaissance de soi, l’exploration de nos ressources intérieures, et un chemin personnel de transformation et d’évolution.

 

L’intuition, bien que parfois déroutante, est source de paix intérieure, de bien être et de guérison. Elle est l’expression de notre conscience, la dimension spirituelle de notre être.

 

Vous trouverez donc dans ce nouveau blog des articles et des exercices pratiques sur le développement de l’intuition, mais aussi des textes sur le développement personnel, le bien être, la santé, la guérison et la spiritualité.

Vous pourrez aussi y retrouver les articles déjà publiés sur Over Blog. 

 

Brenda

http://www.voixinterieure.net/



 

 

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 19:26

 Les enfants sont des exemples et une source étonnante d'enseignements. Quand on les regarde jouer, on les voit parfois s'adresser à des personnages imaginaires avec qui ils ont de grandes conversations. Les enfants se prêtent avec naturel et spontanéité au dialogue avec l'invisible. C'est sans doute pour cette raison qu'ils sont si réceptifs et capables d'entendre "la petite voix". Car une fois devenus adultes, beaucoup d'entre nous se souviennent de cette voix intérieure qui leur a parlé. 


Seulement en grandissant, on cesse souvent d'entendre la " petite voix ". Notre éducation nous apprend à raisonner, à analyser, et à définir ce qui est vrai ou faux, bien ou mal, beau ou laid… Et sans même s'en rendre compte, on prend l'habitude de réagir en fonction de nos croyances, nos préjugés, nos opinions, en fait tout ce qui est le contraire de l'intuition. On perd le contact avec ces impressions, ces pensées ne venant pas de nous qu'une voix bienveillante semblait nous chuchoter…

Heureusement, grâce à un travail patient d'introspection, on peut apprendre à écouter de nouveau la " petite voix ". La pratique de la méditation permet de retrouver le calme intérieur nécessaire et d'apprendre à distinguer la voix intérieure de ses propres pensées. Et avec le temps, quand on commence à éveiller son intuition, on se rend compte que le chemin est long et difficile avant de parvenir à traverser les aléas de l'existence en restant à l'écoute en permanence de la " petite voix ".

Car lorsqu'on perçoit en soi-même cette voix intérieure, il n'est pas facile de la suivre et de l'écouter. L'intuition prend bien souvent le contre-pied de nos propres pensées. C'est pour cela que quand bien même on ressent intérieurement l'écho de certaines vérités, si elles nous remettent en cause personnellement, on a le réflexe de les éluder, et le plus souvent, de les rejeter.

Suivre la voix intérieure est dérangeant, car cela remet en question toutes nos habitudes, nos attitudes, notre comportement. C'est bouleversant, car cela demande une souplesse et une humilité à laquelle on est rarement disposés. C'est déconcertant, car on a appris à défendre ses positions avec force, et que s'abstenir de le faire passe à nos yeux pour de la faiblesse. Pourtant, au fond, la faiblesse, n'est-ce pas ne pas avoir le courage de vivre en accord avec ce qu'au fond de nous-même on sait être vrai ?

La foi et le désir d'y arriver sont porteurs de la promesse de réussir. Un jour la voix intérieure devient audible à l'intérieur de nous, et on découvre que si on sait l'écouter, elle sait exactement où nous devons aller. Elle nous fait prononcer les mots justes auxquels on n'avait pas pensés, nous fait faire les bons gestes spontanément au bon moment, et dans les situations difficiles nous fait entrevoir des perspectives qu'on n'avait pas imaginées. Elle est l'inspiration qui nous fait dépasser les limites que nous avons construites dans notre esprit.

En réalité notre voix intérieure sait comment nous devons évoluer sur notre chemin personnel, dans notre propre vie, mais nous l'avons oubliée, laissée de côté. A trop vouloir réfléchir et penser, on a laissé la raison l'emporter sur l'intuition. Nos pensées font le bruit discordant d'un bavardage incessant et obstiné. La petite voix, elle, est un écho intérieur qui vient du plus profond de notre être, une source d'inspiration venant du cœur. C'est dans le silence de nos pensées que nous pouvons entendre sa mélodie et un jour laisser s'élever la musique qui est à l'intérieur de nous et qui ne sera jamais jouée si nous n'apprenons pas à écouter et suivre ce que dit en nous la petite voix.

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 22:31

Derrière les épreuves apparemment insurmontables que nous traversons se cachent les réponses que nous cherchons sous une forme vivante, qui nous sont personnellement adressées. Les épreuves sont la clé de voûte de toute croissance spirituelle. Les situations que nous définissons comme des épreuves, si nous les acceptons, se transforment en moyen d'initiation et deviennent la voie de notre transformation.

Le libre-arbitre nous laisse le choix d'accepter ou de refuser les épreuves que la Conscience universelle place sur notre chemin en réponse à notre aspiration et afin de nous faire grandir et nous élever. Et rien n'est plus difficile que d'accepter une situation que notre rationalité réfute a priori à cause de l'incertitude de son déroulement et de la remise en cause voire la douleur qu'elle nous impose.

L'épreuve est donc à la fois une rencontre avec l'inconnu et une situation douloureuse à vivre. D’un point de vue purement psychologique, nous souhaitons à tout prix l’éviter. Choisir d'affronter lucidement une épreuve est donc avant tout un acte de foi. La foi est un sentiment profond, la perception intime que cette situation nous est destinée. Elle nous permet de traverser les tempêtes émotionnelle et psychologique déclenchées par l’épreuve. Notre raison nous fait chercher le pourquoi des évènements que nous vivons. Notre foi elle, est comme une boussole intérieure. Elle nous permet d’avancer sans savoir ce qui nous attend mais en sachant que ce que nous vivons est nécessaire pour notre évolution.

 

Face à une épreuve, seule l’intuition peut nous guider de façon fiable. L’intuition est dénuée de conditionnements, de croyances et de préjugés. Elle est une intime perception de la réalité, non déformée par le prisme de notre mental et de nos émotions. Elle nous permet de ressentir le caractère bon de ce qui nous apparaît comme difficile, désagréable, et parfois même insurmontable à vivre. En dépit de toutes les apparences, elle nous laisse entrevoir que les moments les plus sombres de notre existence nous ouvrent les portes vers la Lumière.

Ce n'est qu'en acceptant de vivre pleinement nos épreuves que nous découvrons le message spirituel qu'elles veulent nous délivrer. Nous réalisons alors que sans elles, nous n’aurions pas découvert ce qu’elles nous ont enseigné. Et plus loin encore, elles nous permettent de découvrir ce que nous sommes en réalité : une âme incarnée dans un corps et reliée au Tout, qui évolue au fil des expériences jusqu’à retourner à la Source et embrasser l’Amour.

Tant que nous n'acceptons pas profondément les situations que nous ne comprenons pas, le Divin continue de nous éprouver jusqu'à ce que nous soyons capables de surmonter nos peurs, lâcher prise, et enfin nous abandonner, pour laisser notre conscience nous guider.

 

Brenda

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 21:47





L'amour fait de moi une personne amoureuse, une amante.
L'Amour fait de moi une personne aimante.

Et cela fait une grande différence…

L'amour me rend vulnérable. Il comble en moi un besoin, un manque, il m'attache et me rend dépendante de la personne qui fait battre mon cœur. La joie que m'apporte une relation amoureuse est instable, incertaine.

Et en vivant la plus intense des expériences amoureuses, je me construis ma propre prison en m'enchaînant à mes désirs, à mon désir de l'autre.

La nature même de la relation amoureuse est de ne pas pouvoir durer.

Et lorsque la fin arrive, mon manque, mon besoin d'être complétée par l'autre réapparaît à nouveau. Alors le plaisir fait place à la douleur, la joie d'une entente fusionnelle avec mon " amour " est suivie par la tristesse et le sentiment d'être séparé.

L'Amour est d'une tout autre nature.

C'est une expérience intérieure, une révélation, et lorsqu'on le découvre, il procure la sensation d'une plénitude retrouvée. On se sent empli de joie, de confiance, et de l'envie de donner.

Cet Amour-là n'est pas lié à l'autre, il est libre, spontané. Il se déverse en soi-même, ou dit autrement - selon qu'on en a une vision yin ou yang - il jaillit au fond de soi-même, sans aucune raison.

Donner n'est alors plus un besoin de recevoir, mais devient la conséquence d'un état - l'Amour- qui s'exprime par l'attention et le don. Il n'y a plus rien à attendre en retour, puisqu'on est déjà comblé.

Et dans le don, on partage simplement ce que l'on est.

Cet Amour ne vient pas de nos pensées et il ne nous appartient pas, mais il rayonne en chacun de nous et il nous appartient à tous de le révéler.


Brenda

 

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 19:42

L'un des plus grands défis sur le chemin de notre évolution est de parvenir à surmonter notre difficulté à nous abandonner. Notre résistance est un frein à notre croissance et aucun message spirituel ne peut nous être transmis sans cette qualité. L'abandon est une disposition d'esprit, une attitude d'ouverture, de confiance, et de réceptivité. S'abandonner, c'est s'en remettre à notre conscience, à l'intelligence de notre cœur, plutôt qu'à notre ego et ses schémas de pensée.

Nous croyons généralement être prêts à recevoir les enseignements qui nous feront évoluer vers l'éveil de notre conscience. Mais que nous en soyons conscients ou pas, nous faisons tout pour éviter les situations et les épreuves qui nous remettent en cause et nous ne pouvons comprendre leurs messages tant que nous n'avons pas appris à nous abandonner. En fait, nous passons notre temps à imaginer les choses telles que nous voudrions qu'elles soient, au lieu de lâcher-prise, et de les accepter telles qu'elles sont.

La voie de la conscience nous apprend que le but de notre existence est d'apprendre les leçons de toutes les épreuves que nous traversons. Notre attitude détermine notre réussite ou notre échec face aux défis que représente ce qu'il nous est difficile d'affronter. En réalité, notre résistance est illusoire et vaine car elle ne nous permet pas d'éviter les épreuves que nous rencontrerons inévitablement à nouveau jusqu'à ce nous ayons compris les leçons qu'elles ont pour but de nous enseigner. Mais si nous les acceptons sereinement, nous nous enrichissons de chaque moment de notre vie et découvrons ainsi le pouvoir de l'abandon.

L'expérience du lâcher-prise est un moment intense et extraordinaire, qui nous enseigne que nos peurs disparaissent au moment où nous sommes prêts à les affronter. C'est en vivant cette expérience que l'on se débarrasse de la croyance que nous perdons notre pouvoir lorsque nous consentons à nous abandonner. Car si l'abandon est synonyme de perte ou de défaite pour l'ego, il est signe de croissance, de richesse pour la conscience. Il est aussi l'expression de notre maturité. Seul celui qui a vaincu la peur est capable de s'abandonner. Et notre abandon est indispensable pour parvenir un jour à l'éveil de notre conscience.

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 21:32

Ce texte est extrait du Tarot Zen d'Osho.

Lâcher Prise
 

Dans l’existence personne n’est supérieur, personne n’est inférieur. Le brin d’herbe et l’étoile majestueuse sont absolument égaux...

Mais l'homme veut être plus haut que les autres, il veut conquérir la nature, par conséquent il doit continuellement combattre. Toute la complexité découle de ce combat.

Une personne innocente est celle qui a renoncé à combattre ; qui n'est plus intéressé à être au-dessus, qui n'est plus intéressé par la performance, à prouver qu’elle est quelqu'un de spécial. Qui est devenu comme une rose ou comme une goutte de rosée sur la feuille de lotus. Qui est devenue partie de cet infini, qui a fondue, fusionnée, est devenue une avec l'océan et est simplement une vague. Qui n'a aucune idée du “Je” ; l’innocence est la disparition du “Je”.

Commentaire :

Dans cette image de feuilles de lotus au petit matin, nous pouvons voir, par l'ondulation de l'eau, qu'une goutte de rosée vient juste de tomber. C'est un moment précieux, un moment plein d'intensité.
En s'abandonnant à la gravité, en glissant de la feuille, la goutte perd sa précédente identité et se dissout dans l'immensité de l'eau en dessous. Nous pouvons imaginer qu'elle a dû trembler avant de tomber, juste sur le bord entre connu et inconnu.
Choisir cette carte est la reconnaissance que quelque chose est terminé, que quelque chose s'achève. Quoi que ce soit ; un travail, une relation, une maison que vous avez aimée, quoi que ce soit qui ait pu vous aider à vous définir. Il est temps de le lâcher, acceptez la tristesse mais n'essayez pas de le retenir.
Quelque chose de plus grand vous attend, de nouvelles dimensions sont là pour être découvertes. Vous avez passé le point de non-retour maintenant et la gravité est à l'œuvre. Participez à son mouvement, il représente la libération.

 

Vous pouvez tirer une carte en ligne du Tarot Zen sur le site d'Osho :
http://www.osho.com/ 

 

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
5 juillet 2006 3 05 /07 /juillet /2006 22:10

Ce dicton taoïste traduit avec une simplicité désarmante la nécessité de nous libérer des entraves que représentent nos résistances, en un mot de lâcher-prise, de nous abandonner. Il nous rappelle aussi avec sagesse que d'ordinaire notre tendance est de faire tout le contraire : tenir bon avec force, et lâcher-prise avec légèreté !

Or lâcher-prise est précisément aux antipodes de ce que nous enseignent notre éducation et notre société. Notre approche rationnelle est fondée sur la poursuite d'objectifs et la recherche de résultats, dans quelque domaine que soit : professionnel, matériel, familial…

Mais se défaire du fardeau de nos conditionnements n'est pas une chose aisée. Le voyage intérieur, synonyme de bouleversements et de remises en cause perpétuels, nécessite une patience à toute épreuve et une profonde humilité. C'est ce qui nous fait généralement défaut et explique toutes les difficultés que nous rencontrons.

Nous sommes pris au piège de nos propres contradictions. D'un côté nous aspirons à la plénitude de notre conscience, de l'autre nous contrecarrons les processus d'éveil et de guérison par notre résistance et notre réticence à nous abandonner.

Nous ne savons pas être, sans chercher à paraître. Nous sommes littéralement conditionnés par le regard de l'autre, des autres, de la société. Sous l'effet de la culture et de l’éducation, tout en nous est devenu artificiel et emprunté. Notre éducation a fait de nous des individus réfléchis, " civilisés ", sous l'influence d'innombrables croyances et jugements. Nous avons perdu contact avec la vie.

Rien en nous n'est naturel, authentique, spontané.

Pour devenir libre, nous devons faire tomber les masques et les rôles que nous avons endossés, afin de retrouver notre spontanéité, notre véritable identité !

C'est dans cet état d'esprit authentique, cette virginité retrouvée, que nous pouvons réellement ouvrir les yeux, voir la beauté originelle en nous et autour de nous, et entrer – enfin !-  dans le courant de la vie !

 

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 19:47

L’intuition est notre mode de connaissance le plus naturel. C’est un don personnel et universel.

L’intuition est notre capacité à ressentir en nous-mêmes, au-delà des apparences et de la raison, ce qui est juste et vrai.

Contrairement à une croyance répandue, elle n’est pas réservée à quelques élus. Qu’elle soit latente ou manifeste, elle est présente en chacun de nous. C’est une faculté innée.

Comme l’ont mis en évidence les recherches scientifiques depuis plusieurs années, elle est inscrite dans nos cellules. Notre cerveau est divisé en deux hémisphères spécialisés. Le cerveau gauche est le siège de la pensée rationnelle. Son approche est logique et analytique. Le cerveau droit est l’intelligence émotionnelle, s’exprimant par le langage non verbal, les symboles, les rêves… Son approche est globale et intuitive.

Si l’intuition est notre expression en tant qu’être spirituel, elle est aussi l’une de nos caractéristiques biologiques, en tant qu’être humain !

Mais elle a été si délaissée et dévalorisée au profit de la pensée logique, rationnelle, qu’elle fait figure de fantaisie aux yeux de notre monde  « scientifique ». Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes conditionnés pour obéir à la raison, et n’apprenons pas à écouter la voix de notre intuition.

A l’inverse, développer son intuition ne signifie pas se fier aveuglément à ce que nous « sentons » ou ne « sentons pas ». L’intuition se manifeste de façon authentique lorsque nous développons notre discernement, reconnaissant ainsi les échos trompeurs de nos propres pensées, qui nous font parler avec émotion ou bien préjugés des êtres et des situations.

L’intuition est hors du champ de nos propres pensées. Elle est un accès direct et fulgurant à ce qui est juste et vrai. Elle est l’expression de l’intelligence profonde de notre cœur et notre conscience.

Sa résonance pure nous fait discerner le vrai du faux, l’amour authentique de l’amour- besoin, le bon chemin de celui qui nous éloigne de notre véritable destinée…

Quand je l’utilise en thérapie, je suis émerveillée de la justesse avec lesquelles les êtres aperçoivent la lumière dans l’obscurité des pensées qui les ont conditionnés, et perçoivent la solution à leur problèmes, tout en accédant à leurs ressources personnelles.

Au-delà de tout dogme ou système de croyances, l’intuition nous donne accès au patrimoine commun de la sagesse et la connaissance universelle.

Notre intuition est une aide précieuse sur le chemin de la guérison et de la transformation. Elle est notre guide intérieur, la lumière, la manifestation de notre conscience. Faire silence, et l’écouter avec ouverture d’esprit et humilité est le premier pas vers notre propre réalisation.

C’est aussi l’évolution  vers un monde plus intuitif, où les individus se relient à leur être profond, délaissant leurs anciens schémas de pensées, pour faire émerger plus de conscience dans leur vie.

Une telle avancée est une véritable révolution dans notre société où prédominent les archétypes masculins, à l’opposé du Principe Féminin.

C’est aussi pour cela que ce monde a besoin du Principe Féminin : pour libérer l’intuition ! L’intuition est liée au Principe Féminin ; elle est l’expression de ce Principe en chaque homme, chaque femme.

Aussi, lorsque nous écoutons et suivons notre intuition en agissant sous son inspiration, nous manifestons le Principe féminin et à travers notre propre transformation, c’est celle du monde à laquelle nous participons !

Repost 0
Published by Brenda - dans Voix intérieure
commenter cet article